Langue
Français

Biocompatibilité basses fréquence


Les matériaux non conducteurs situés à proximité d’un champ électrique se chargent électriquement. La charge électrostatique provoque des malaises chez certaines personnes (vertiges, nausées, troubles du sommeil).

La morphogenèse, le processus pendant lequel les organes sont formés ou régénérés, est perturbée par les CEM basse fréquence. Ainsi, l'exposition d’œufs fécondés au transformateur THT d'un écran cathodique entraîne la malformation de 16% des œufs contre 9% pour le groupe témoin. Les organismes vivants ne sont pas prévus pour être exposés à des champs électriques et magnétiques alternatifs. Depuis 2002, les champs magnétiques basse fréquence sont classés dans la catégorie des cancérigènes possibles par le CIRC (Centre International de la Recherche sur le Cancer).

Les sujets exposés aux champ électromagnétique basse fréquence souffrent d'insomnies et de déficit immunitaire. Ces troubles seraient liés à une perturbation de la glande pinéale (ou épiphyse) située dans le cerveau. La glande pinéale produit la mélatonine, une hormone anticancer impliquée dans les rythmes biologiques et la défense immunitaire. La mélatonine, est sécrétée la nuit, avec un pic maximal entre minuit et 4 h du matin. La glande s'arrête de sécréter le jour lorsque la lumière imprègne la rétine. Les champs électromagnétiques stoppent la sécrétion de mélatonine. La diminution de la sécrétion de mélatonine provoque des défaillances immunitaires, des insomnies et des changements d'humeur. D'autres troubles sont signalés : ulcère gastrique, anomalie du rythme cardiaque, stérilité.

Contrairement aux irradiations hyperfréquences issues des antennes relais, il est possible de rendre compatible le réseau de transport électrique avec la santé humaine en excluant toute habitation résidentielle du couloir d’une ligne THT. Le Dr Roger SANTINI président-fondateur de Next-up, avait depuis de nombreuses années étudié les CEM d’extrême Basse Fréquence en préconisant un seuil de champ électrique de 10 V/m et magnétique de 0,2 µT Ces seuils sont compatibles avec la santé humaine pour un exposition pérenne, soit un éloignement résidentiel d’environ 200 à 300 m du couloir des lignes THT.

Michel DEPRIS, expert européen et Président du C.E.P.H.E.S, préconise 3 mesures pour limiter la pollution basse fréquence :

1°) La réduction des gaspillages énergétiques et de la consommation globale tout en demeurant dans les limites compatibles avec le maintien des activités économiques normales et l'assurance d'un niveau de vie acceptable.

2°) Un retour aux courants continus, dans la production, le transport et la distribution d'électricité dans le cadre d'un programme à long et moyen terme.

3°) L’enterrement systématique de toutes les nouvelles lignes de transport et de distribution, ainsi que des lignes anciennes à restaurer ou à améliorer.

La pose en trèfle jointif (disposition ci-dessus) supprime quasiment les rayonnements électromagnétiques, la somme vectorielle des rayonnements de tous les câbles étant nulle contrairement à la pose des câbles en nappe (cables côte à côte posés à plat) où il y a addition des rayonnements.


Protégez-vous. L'expertise électromagnétique mesure et quantifie la pollution électromagnétique. Dans un second temps, nous apportons des solutions techniques et répondons à toutes vos questions. Demandez une expertise électromagnétique, des mesures de l'électrosmog, un électrodiagnostic au moindre doute sur la qualité de votre environnement. Nous intervenons sur la région lorraine (Metz, Nancy), le Luxembourg, l'Alsace (Strasbourg), la Champagne-Ardennes (Reims, Troyes). Demandez un devis.





Pour toute demande d'information supplémentaire, nous contacter.



Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer boutique en ligne