Langue
Français

Electrocution et électrisation

Impulsion électrique, contraction et fibrillation musculaire

Les effets de l'électricité dépendent du courant et de son trajet. Un courant électrique, c'est des électrons qui circulent. Dans le corps, ce phénomène se produit naturellement. Pour commander les muscles, lire, écouter, toucher ou même penser, notre cerveau reçoit et émet des signaux électriques et chimiques. De plus, notre cœur possède des cellules spéciales produisant des impulsions électriques nécessaires à son fonctionnement.

Les médecins enregistrent cette électricité avec l'électroencéphalogramme pour le cerveau ou l'électrocardiogramme pour le coeur. Mais s'il produit son propre courant électrique, le corps humain ne peut pourtant pas supporter l'électricité délivrée par le secteur.

 

L'intensité (I) du courant électrique se mesure en ampères (A). C'est le flux d'électrons qui  circulent dans les fils. Plus ce flux est grand, plus le risque d'électrocution est élevé.

  • 5 milliampère. Seuil de la douleur.
  • 10 mA. Seuil de non lâcher (perte de contrôle musculaire).
  • 20 mA.  Tétanisation des muscles. Blocage de la respiration et mort par asphyxie.
  • 70 mA. Seuil de fibrillation cardiaque.
  • 250 mA. Fibrillation cardiaque irréversible à 99%.
  • 4 à 5 A. Paralysie cardiaque. Arrêt cardiaque parfois réversible.
  • supérieur 5 A. Brûlures.

Le courant n'est pas le seul danger. L'électricité est définie par trois grandeurs inséparables : l'intensité, la tension et la résistance.

 

Tension, résistance et brûlures

La tension (U) est exprimée en volts (V). C'est la force avec laquelle les électrons sont mis en mouvement dans les fils électriques. Plus elle est élevée, plus le risque d'électrocution est grand.

La résistance (R) offerte au passage du courant électrique par un matériau quelconque s'exprime en ohms. Plus elle est élevée, moins le risque d'électrocution est grand. Ces trois grandeurs sont liées par la formule U=R*I. Enfin, une quatrième, la puissance, P, est définie par P=U*I =R*I*I et se mesure en Watt.

A de très forts courants (2 A par exemple), le cœur ne fibrille pas,. Mais cette force perce la peau, échauffe les tissus, et brûle les organes.

Différence de potentiel (ddp)

Pour qu'il y ait choc électrique, il faut que le courant entre dans le corps en un endroit et en sorte ailleurs. La tension se mesure entre deux points d'un circuit électrique: c'est la différence de potentiel.
Ce qui est dangereux ce n'est pas le potentiel auquel on se trouve, mais la différence de potentiel, c'est à dire la tension, à laquelle on est soumis. Ainsi, les oiseaux peuvent se poser sur les lignes haute tension  sans risquer l'électrocution.

L'expertise électrique basse fréquence évalue les risques d'électrisation et d'électrocution.
Vérification de la prise de Terre et de la conformité du réseau électrique (résistance Terre, disjoncteur différentiel, équipotentialité, courants vagabonds). Mesure de la tension corporelle induite.
Dans un deuxième temps, les champs électriques et magnétiques (CEM) basse fréquence seront mesurés au voisinage des appareils et lignes électriques basse, moyenne et haute tension. Un spectre basse fréquence complète si besoin les mesures.
Les mesures électriques évaluent l'état du réseau électrique. La mise en conformité du réseau diminue les risques d’électrisation (choc électrique) et d’électrocution (décharge électrique mortelle).


Demandez une expertise électrique. Cela peut vous sauver la vie.  





Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer boutique en ligne