Langue
Français

Radioactivité

Fission nucléaire
Les atomes qui constituent la matière sont en général stables, mais certains d"entre eux se transforment spontanément en émettant des rayonnements très énergétiques: c'est ce qu'on appelle la radioactivité.

10% de la radioactivité provient des essais nucléaires atmosphériques. Les essais atmosphériques furent interdits en 1963 par le traité de Moscou. Mais la France jusqu?à 1974 et la Chine ont continué les essais atmosphériques.

Les essais atmosphériques cessèrent lorsqu'on constata que les enfants de l'hémisphère Nord présentaient quatre fois plus de Strontium 90 radioactif que les enfants de l'hémisphère Sud et beaucoup plus de cas de cancers des os. Le strontium 90 (période de 28 ans) est très nocif pour les enfants.

> Cliquez-ici
Protection radioactivité

Les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima nous rappellent qu?avec l?industrie nucléaire le risque zéro n?existe pas. Les fumées et nuages radioactifs véhiculent principalement le césium 137, l'iode 131 et le tellure 132, radionucléides particulièrement dangereux. L'iode radioactif se fixe prioritairement sur la thyroïde, car cette glande utlise l'iode pour la fabrication d'hormones thyroïdiennes. Suite à l'accident de Tchernobyl, la fréquence des cancers de la thyroïde et des nodules thyroïdiens en France est passée de 2% à 12% de la population.
Le césium 137 entraîne à faible dose, une atteinte cardiovasculaire, un trouble du métabolisme du cholestérol, des hormones thyroïdiennes, et des malformations congénitales. A plus forte dose, le césium affecte la moelle osseuse (leucémies), provoque un déficit immunitaire, ainsi que des troubles hépatiques et rénaux. La persistance relativement longue du césium 137 (demie-vie de 29 ans) rend son ingestion particulèrement dangereuse.

> Cliquez-ici
Fusion chaude

La fusion chaude (dite thermonucléaire) est réalisable sous des pressions et des températures extrêmes telles que celles régnant dans le soleil, dans l?explosion d'une bombe atomique (bombe à Hydrogène) ou de façon plus contrôlée dans des installations telles Tore supra, JET à Oxford ou ITER à Cadarache.

> Cliquez-ici
Normes radioactivité

Les détecteurs de radioactivité mesurent le nombre de désintégrations sur un durée de temps.

Le CPM est un taux de comptage, c'est à dire le nombre de désintégrations (coups) détectées par minute.

1 CPM équivaut à 0,01 microsievert (100 CPM = 1 microsievert).

Les valeurs normales de radioactivité exprimées en microsieverts sont de 0.1 à 0.2 uS.

Selon l?altitude et le terrain (présence de granit), les valeurs peuvent aller jusqu?à 6 uS.

Un niveau de radiation supérieur à 6 uS est considéré anormal.

Au-delà de 12 uS, c?est l?alerte nucléaire.

> Cliquez-ici
Mortalité par cancers et environnement

L'explosion des cancers depuis la seconde mondiale et plus particulièrement depuis ces 25 dernières années est liée à la dégradation de l'environnement et au mode de vie. Il faut arrêter l'hypocrisie. Le cancer ne vous tombe pas dessus par hasard, mais résulte d'années, voire de dizaines d'années d'erreurs cumulées.
L'alcolisme et le tabagisme, et les cancers liés à ces habitudes malsaines, sont par contre en régression. En France, le tabagisme reste à l'origine d'environ 23% des cancers et la consommation de boissons alcoolisées représente la seconde cause de mortalité par cancer.
En 2000, près de 10 000 décès par cancer étaient attribuables à l?alcool. Sa consommation augmente le risque de plusieurs cancers : bouche,
pharynx, larynx, ?sophage, côlon-rectum, sein? Bien qu?elle soit en baisse en France depuis les années 1960, elle demeure encore l?une des plus élevées en Europe.
Les autres
cancers (environ 70%) proviennent essentiellement de la pollution environnementale, et dans une moindre mesure du mode de vie.

Il y a trois catégories de facteurs environnementaux : les agents pathogènes, les rayonnements et les produits chimiques.

> Cliquez-ici
Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer boutique en ligne